Lever de rideau à Las Vegas et New York. Foule d’experts de la tech et du digital en liesse. Puis, travelling sur l’année 2018. Notre protagoniste se nomme « (E)Commerce » et son inséparable acolyte, « PIM » ou Product Information Management.

 

Le CES, à Las Vegas et la NRF à New York ont tous deux marqué le début de l’année digitale 2018. Les entreprises les plus innovantes se sont rassemblées pour exposer leurs visions du futur. Au cœur de cette mouvance, 4 tendances phare ressortent et impactent directement (E)Commerce.

Les entreprises, des jeunes startups aux plus prestigieuses, rivalisent d’inventivité pour répondre aux exigences de transparence des consommateurs et réinventer l’expérience client en magasin. En parallèle elles personnalisent encore davantage leur communication client et introduisent le sans-couture dans le backoffice.

Force est de constater que l’agilité de l’information produit est souvent la colonne vertébrale des démarches innovantes de ces entreprises. Celles qui auront construit en amont la gestion de leur data produit vont se retrouver avec un fort avantage concurrentiel.

Revenons plus en détail sur la première de ces 4 tendances : la transparence.

Spoiler :  vous risquez de développer une idée claire sur la façon dont (E)Commerce se sert de son acolyte PIM pour être à l’avant-garde de l’innovation.

Le socle de la confiance

 

Il parait normal qu’un consommateur puisse avoir accès à une information complète et fiable sur les produits d’une marque pour pouvoir nourrir sa réflexion avant achat. Normal peut-être mais ce n’est pas toujours aussi simple. On a souvent reproché à (E)Commerce d’être opaque. Que ce soit le résultat d’erreurs ou d’informations passées sous silence, les conséquences négatives sur le ressenti du consommateur sont dramatiques. Son rapport à la marque s’en trouve durablement entaché.

 

A la lumière des récents scandales industriels, notamment sur la traçabilité des aliments, le besoin d’une communication authentique et fiable devient une exigence des consommateurs. Ils demandent l’accès à des informations ultra-complètes : commerce équitable, allergènes, niveau de sécurité infantile… Pour eux, ces informations ne sont pas un luxe mais un devoir auquel les marques doivent se conformer.

 

La transparence est donc devenue la base de la confiance entre (E)Commerce et ses clients. Les marques les plus en avance, l’ont bien intégré et en font un argument de vente.

 

Et pour gérer la complexité de cette information produit qui se démultiplie, celles qui ont adopté une solution PIM (Product information Management) ont un coup d’avance.

 

 

Toutes les couches d’informations, des plus simples aux plus sensibles, sont centralisées dans une base unique. Elles sont renseignées, validées puis diffusées, avec le niveau de granularité adapté en fonction des interlocuteurs et des canaux de diffusion. Leur actualisation se fait en temps réel. Le PIM agit alors comme un ciment entre le produit et l’information qui lui est rattachée, c’est le socle d’une transparence accrue.

Labellisation et protection des données

 

Des applications concrètes de cette tendance ont vu le jour à travers des démarches de labellisation. Ainsi des labels comme le SmartLabel™,  créé par le Trading Partner Alliance (TPA), se portent garants du degré de transparence autour du produit. Par un clic sur une URL ou un scan d’un code, ce label fournit l’accès à une landing page customisée fournissant un niveau de détail très avancé sur le produit. Nul besoin de dire que si, en amont, la gestion de l’information est structurée autour d’un PIM, il devient considérablement plus aisé de diffuser l’information produit sur les landing pages de ce label.

 

Dans un tout autre registre, citons le Privacy Shield qui régit la protection du transfert des données personnelles par une entité européenne vers des entreprises établies aux États-Unis.

Dans son programme de préparation à la conformité, il recommande vivement aux entreprises du ecommerce d’utiliser une solution PIM qui permet :

  • D’établir une taxonomie produit
  • De créer un processus (workflow) pour maîtriser l’enrichissement et l’actualisation des contenus
  • D’assigner des responsabilités dans l’enrichissement des fiches produit
  • De garantir la bonne gestion des médias (photos, vidéos) et de centraliser les actions SEO

 

Le PIM permet donc de satisfaire les exigences de transparence et facilite la concentration des efforts sur des axes à fortes valeurs ajoutées tels que l’expérience client.

A très vite pour découvrir les 3 autres tendances à suivre sur 2018.

Share This

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités

Inscription réussie !