PIM et MDM : faut-il les dissocier ?

PIM et MDM : faut-il les dissocier ?

Pour toute entreprise qui place la transformation digitale au cœur de sa stratégie, le Data Management est un sujet clé.

 

Amélioration et automatisation de process, développement de la connaissance client, optimisation de la stratégie omnicanale : la gestion de la donnée est la clé de voûte du développement des organisations.

 

Pour gérer cette richesse, les entreprises ne manquent pas d’outils, parmi lesquels le PIM et le MDM.

 

A quoi servent ces solutions complémentaires et pourquoi faut-il les dissocier ? Comment faire son choix parmi les offres existantes ?

 

 

PIM et MDM : deux outils complémentaires… mais bien différents !

 

Un outil de Master Data Management permet de collecter, trier et normer des données brutes à partir de différentes sources et se positionne comme un référentiel global qui assure l’homogénéité de l’utilisation des données pour toute l’entreprise.

 

Ce que l’on appelle Master Data, ce sont les données de référence essentielles et critiques, pour lesquelles aucun risque d’erreur n’est acceptable. On compte parmi elles les données clients, employés ou fournisseurs, les données comptables et financières, les données produits…

 

Le rôle principal du MDM est de consolider l’information afin d’obtenir une donnée unique, complète et fiable. L’information est dédoublonnée et historisée pour permettre de créer un référentiel unique au service de l’ensemble du système d’information de l’entreprise.

 

Connecté ensuite aux applications métiers, le MDM permet de diffuser la donnée en temps réel : c’est à la fois une assurance de fiabilité de l’information et une optimisation des process.

 

Le PIM, en tant qu’application métier spécifiquement orientée marketing, est un parent proche du MDM, sans prétendre le remplacer. Il lui est complémentaire, puisqu’il peut collecter une donnée produit parfaitement conforme à partir du MDM pour ensuite permettre aux équipes de pousser plus loin la démarche en enrichissant l’information produit (descriptifs techniques, marketing, photographies, etc.).

 

En somme, là où le MDM créé une information fiable, à partir de données brutes, positionnée transversalement au service de l’ensemble de votre écosystème, le PIM la collecte pour l’enrichir de façon collaborative au niveau du département marketing et la diffuser sur l’ensemble de vos canaux de vente.

 

Avez-vous besoin d’un MDM en plus du PIM ?

 

Nous venons de voir que le MDM et le PIM sont complémentaires, mais est-il toujours indispensable d’associer les deux ? La réponse est non ! Cela dépend du fonctionnement, de la taille et des besoins de votre entreprise.

 

Le MDM joue pleinement son rôle lorsque les données à référencer sont d’une grande complexité (régies par des normes ou une législation stricte par exemple), ont de nombreuses interdépendances et impliquent une analyse décisionnelle transverse.

 

Transformer cette extrême complexité de données pour les uniformiser et les décliner auprès des autres solutions est alors le propre du MDM. En définitive, le Master data Management est pensé et intégré au niveau de la DSI et orienté vers la valorisation du Data Management, en général pour des entreprises de grande taille.

 

Toutefois, si votre entreprise dispose de données d’ores et déjà normées, les fonctionnalités de consolidation et d’uniformisation du PIM suffisent au niveau des équipes marketing. Vous collectez les données brutes de vos produits depuis l’ERP, les harmonisez au moment de leur collecte sur le PIM, puis les enrichissez en équipe sur cette interface.

 

Le PIM est alors capable de gérer la diffusion des informations produit en fonction des spécificités de tous vos canaux. Encore faut-il bien choisir son PIM !

 

PIM et MDM : une association, pas une fusion

 

Si vous avez choisi de déployer un système de Data Management et avez des besoins MDM et PIM, nous vous recommandons de sélectionner deux outils distincts plutôt qu’un tout en un. En effet, chaque outil a ses spécificités et est spécialisé dans le traitement de la donnée en fonction de ses objectifs propres.

 

Considérez le MDM comme une solution transverse pour normer un référentiel unique au service de toute l’entreprise. Le PIM est, quant à lui, dédié au département marketing et adapté à toute entreprise qui gère de multiples produits, quelle que soit sa taille. Il fournit une plateforme pour enrichir et faire vivre le référentiel produit avec un objectif business et clientèle.

 

En choisissant de dissocier les deux outils, vous vous assurez la meilleure performance de chacun pour répondre au mieux aux besoins de votre entreprise et des métiers. MDM et PIM se connectent facilement afin d’assurer une parfaite communication, cela doit être un prérequis lors de votre recherche de solutions.

 

MDM et PIM sont des parents proches dont les objectifs finaux sont de rationnaliser la gestion de la donnée au sein de votre entreprise et d’améliorer les process. Leurs différences en font toutefois des outils complémentaires qu’il convient d’abord de considérer et de travailler individuellement.

 

Dans un second temps, interconnecter les outils entre eux vous permettra de bénéficier de toute la puissance de travail de chacun pour décupler les bénéfices qu’ils apportent à la fois au sein de votre entreprise et des équipes métier.

 

Il reste à noter que la présence d’un MDM n’est pas indispensable à l’utilisation d’un PIM : il faut étudier le besoin précis de votre organisation et le niveau de complexité de vos données produits.

[ETUDE] Cette simple optimisation de fiche produit qui fait vendre

[ETUDE] Cette simple optimisation de fiche produit qui fait vendre

Présenter un produit aux clients en magasin ou à travers une fiche produit via internet n’implique pas les mêmes stratégies.

 

Dans les deux cas, les informations qui mettent en valeur le produit doivent être facilement accessibles, mais, sur les canaux digitaux, on joue contre la montre et le consommateur est bien plus susceptible de fermer la page s’il ne trouve pas immédiatement ce qu’il cherche.

 

Travailler sur la fiche produit est donc essentiel pour fournir la même richesse d’informations qu’en magasin tout en accrochant plus rapidement l’intérêt du visiteur.

 


Sur quels avantages du produit faut-il insister ? Faut-il mettre l’accent sur les photos ou sur les descriptifs? Comment éviter de faire de ceux-ci une liste à la Prévert indigeste?

 

Une étude récemment menée par l’institut Baymard, spécialisé dans l’expérience utilisateur (UX), met en évidence les opportunités de vente manquées par les entreprises, dues à une fiche produit à la présentation peu inspirante.

 

Une des clés, qu’encore 52% des websites étudiés n’utilisent pas ? Juxtaposer des éléments graphiques et des descriptifs sur les photos des produits pour mettre en valeurs leurs caractéristiques.

 

Convertir grâce à la structuration de l’information produit

 

Avec le e-commerce, la façon dont le consommateur prend sa décision d’achat est bien différente de l’expérience en magasin, où il voit le produit et peut demander conseil à un vendeur. Seul face à son écran, il scanne en un regard la fiche produit pour trouver l’entièreté de l’information sur un produit.

 

Et en l’absence du vendeur, c’est à lui de se convaincre de la pertinence de son achat. Pour ne pas le perdre, il faut accompagner l’acte d’achat en mettant en valeur l’information qui décrit le produit, de façon innovante.

 

C’est pourquoi la structuration de l’information produit devient essentielle. D’après l’institut Baymard, pour certains produits, un zoom sur une sélection de caractéristiques clés, accompagnées de photos dédiées permet d’attirer l’attention du visiteur sur les fonctionnalités à connaître.

 

il s’agit donc:

  • de déterminer un nombre restreint de fonctionnalités différenciantes
  • d’y associer une photo qui les met en lumière
  • de les structurer sous forme de photo+paragraphes en les introduisant assez haut dans la fiche produit pour pouvoir piquer l’intérêt du visiteur

 

Cette façon de mettre en avant les avantages essentiels d’un produit se révèle plus efficace que les classiques listes de “bullet points” ou des textes de description génériques.

Textes et médias, un binôme devenu inséparable

 

Pour transmettre ce qui rend un produit unique, les e-commerçants doivent s’attacher à penser à la fois le fond et la forme de l’information visuelle et textuelle. Une fois la description produit exhaustive, la présentation de celle-ci doit séduire le consommateur et l’amener à une recherche agréable, ludique qui parvient à lui faire oublier le temps de recherche.

 

D’après l’institut Baymard, lorsque la fiche produit se charge, 56% des usagers portent leur attention sur les photographies en tant que toute première action. Mais des photos toutes seules ne permettent pas toujours de rendre concrètes des informations spécifiques portant sur les caractéristiques des produits.

 

 

C’est en rajoutant des illustrations graphiques ou petits éléments de texte au sein même des photos que l’on arrive à capter l’attention des visiteurs. Visuels et descriptifs doivent se combiner pour créer des “photos augmentées” et ainsi rendre l’expérience utilisateur dynamique et riche.

Fluidifier la présentation de la donnée produit avec le PIM

 

Face à ces challenges ergonomiques qui impactent l’expérience utilisateur (UX) le travail de préparation autour des informations produit prend tout son sens et nécessite des solutions pensées pour faire gagner du temps aux équipes digitales.

 

A travers un outil rassemblant PIM (Product Information Management) et DAM (Digital Asset Management), les équipes e-commerce peuvent construire leur fiche produit en respectant la granularité des informations pour hiérarchiser l’importance des contenus et le types des médias associés.

 

Selon l’institut Baymard, ce procédé permet à l’internaute de ralentir son rythme de lecture et favorise la compréhension et la mémorisation des produits.

 

En personnalisant vos données produits dans Quable PIM, vous exprimez votre créativité pour retranscrire à la fois l’univers de marque et le discours des forces de ventes. Le parcours d’achat s’émancipe des limites virtuelles et vous permet d’évoluer au gré des tendances digitales.  

 

Les solutions telles que Quable soutiennent les équipes e-commerce et marketing pour révéler l’univers de marque et retenir l’attention de l’internaute pour l’amener consciencieusement à l’acte d’achat.

 

[GUIDE] Générer un catalogue produits depuis Quable PIM en 4 étapes

[GUIDE] Générer un catalogue produits depuis Quable PIM en 4 étapes

Quable PIM est l’outil indispensable pour gagner en efficacité dans la création de votre catalogue. En quelques clics, faites entrer votre catalogue dans une nouvelle dimension !

Il vous suffit de définir votre modèle et d’appliquer vos règles d’affichage en amont pour obtenir un document prêt à l’emploi en cliquant sur un simple bouton depuis le PIM. Suivez le guide !

 

Définir votre modèle de catalogue pour le lier ensuite au PIM

 

Le PIM vous permet d’automatiser la création de votre catalogue. Vous n’avez qu’à lui indiquer quoi faire ! Cela nécessite une préparation rigoureuse qui vous fera gagner bien du temps par la suite.

 

La première chose à faire est de créer une maquette pour votre catalogue. Pour cela, il y a 4 questions à se poser :

 

Quel contenu voulez-vous utiliser ?

A partir du PIM, Il vous faut choisir les catégories de produits, collections, saisons que vous souhaitez voir apparaitre dans le catalogue. Bien sûr, vous pouvez choisir d’y intégrer l’ensemble de votre référentiel produit…. Ou seulement une gamme de produits dans le cadre d’une brochure. Bref, c’est vous qui décidez !

 

Quelle disposition voulez-vous donner au contenu ?

Que ce soient les textes ou les photos, vous choisissez leur apparence. Photos pleine page ou miniatures, longueur des textes, hiérarchisation des contenus, présence de QR codes… Vous définissez une maquette qui sera votre référence unique par la suite, pour mettre en lumière différemment les produits.

 

Quelle mise en page graphique appliquez-vous ?

Couleurs, bordures, fonds, tailles de caractères : ces éléments permettent de créer un catalogue qui donne envie et valorise vos produits.

 

Cette étape de personnalisation est importante pour que le catalogue reflète votre image de marque. Il est possible de jouer sur les couleurs, les textures, les tailles de caractères et les illustrations. Si vous avez imaginé une utilisation digitale du catalogue, pensez également à ce point lors du brief aux équipes créa.

 

Votre catalogue doit permettre à son destinataire de comprendre en un coup d’œil qui vous êtes et ce que vous proposez. La création graphique sera donc différente selon si vous vendez des meubles ou des voyages!

 

Quelles règles souhaitez-vous mettre en place ?

Ces règles d’affichage permettent de définir avec précision ce que vous souhaitez voir figurer dans le catalogue, en fonction du contexte.

 

Par exemple, pour des produits commercialisés aux Etats-Unis, vous pouvez vouloir afficher une mention au sujet de la provenance de leurs composants alors qu’il ne sera pas nécessaire de l’afficher pour les autres pays. Ou tout simplement définir quoi afficher si certaines informations n’existaient pas pour un produit.

 

Une fois la maquette dessinée, il ne reste plus qu’à la transmettre aux équipes de Quable pour l’intégrer dans Quable PIM. Les informations présentes dans le PIM viendront alimenter automatiquement les champs définis dans votre maquette de catalogue.

 

Et vous n’aurez plus qu’à appuyer sur un bouton pour télécharger votre catalogue en pdf. Nous vous accompagnons bien sûr au cours de votre réflexion afin d’assurer le succès de votre projet.

 

Diffusez votre catalogue produits

 

Une fois structuré et stylisé, votre catalogue se créé en un clic. Les contenus et médias s’insèrent automatiquement dedans.

 

Le voilà enfin prêt !

 

Vous pouvez l’extraire directement en format .pdf. Il peut être transmis à votre imprimeur qui, après avoir fait le calibrage des couleurs, prendra la relève pour donner vie à votre catalogue papier. Il est utile de demander une épreuve et/ou un BAT selon les besoins.

 

Autre option : vous pouvez décider de le mettre directement à disposition sur votre site internet, en libre téléchargement.

 

Déployez votre catalogue à l’international

 

Dans le cas où votre entreprise est présente sur plusieurs marchés à l’international, il est intéressant d’utiliser le PIM pour créer des catalogues en plusieurs langues sans effort.

 

En effet, une fois votre maquette définie, vous n’avez plus qu’à choisir la langue dans laquelle vous souhaitez générer votre catalogue. Pour que cela fonctionne, vos contenus produits doivent être déjà disponibles dans la langue souhaitée.

 

Ce n’est pas encore le cas ? Pas de panique, vous pouvez toujours les faire traduire via le plugin TextMaster directement intégré dans le PIM.

 

Besoin d’un catalogue dynamique ?

 

Vous avez besoin de faire évoluer la mise en forme graphique de votre catalogue de façon fréquente ?

 

Pour pouvoir changer à la volée les styles, polices ou éléments décoratifs, il vous faudra alors envisager une solution différente : la connexion entre Quable PIM et un logiciel tel qu’Easy Catalog.

 

Nous concevons un flux qui vient directement alimenter Easy Catalog avec les informations produit issues du PIM. Libre alors à votre graphiste de modifier à volonté la disposition des champs dans la maquette ainsi que les couleurs ou éléments graphiques de mise en forme.

 

 

Votre catalogue est un outil de communication clé qui peut contribuer à créer une image de marque différenciante. Intégré dans une stratégie omnicanale, il se réinvente pour se positionner comme un complément pertinent des outils digitaux.

 

En mettant en valeur vos produits et en facilitant leur commercialisation auprès des clients, qu’ils soient BtoC ou BtoB, il est un outil indispensable de votre stratégie de communication et commerciale.

 

Pourquoi alors se priver de gagner en efficacité et productivité en simplifiant sa création ?

 

Le PIM est le nouvel allié indispensable dans la création de catalogue. Vous gagnez du temps, automatisez sa réalisation et facilitez sa diffusion. A vous de jouer !

 

Donnez le contrôle de votre catalogue produits … à vos produits !

Donnez le contrôle de votre catalogue produits … à vos produits !

Chaque année, voire chaque saison, c’est un peu le même rituel : boucler le chemin de fer, rassembler les informations, rédiger les textes, vérifier les prix, obtenir des photos satisfaisantes, gérer la mise en page, faire les aller-retours avec la créa…

 

La création d’un catalogue rassemblant tous les produits est un moment sous haute tension. Il faut pouvoir le sortir rapidement tout en s’assurant que l’information y est la plus exacte possible et ne laisse place à aucune erreur ou coquille. Tout cela en satisfaisant les différentes parties prenantes qu’il est parfois difficile de mettre d’accord.

 

On vous guide à travers ce parcours du combattant.

 

Pourquoi créer un catalogue produits ?

 

Mais au fait, dans un monde hyper digitalisé, y a-t-il encore un intérêt à créer un catalogue produits papier ? La réponse est oui ! Si le catalogue peut souffrir d’une image poussiéreuse aux yeux de certains, il reste un canal de communication important pour de nombreuses marques de secteurs variés – tourisme, ameublement, prêt à porter, bricolage…

 

Outre sa capacité à créer une relation physique avec le client, il permet de l’immerger dans l’univers de la marque en stimulant plusieurs de ses sens que le digital n’est pas capable de toucher. En outre, le catalogue facilite la visualisation des produits en les rassemblant en un même endroit, tout en offrant la possibilité de les associer au sein d’univers distincts.

 

Il est par exemple possible de présenter des meubles par types de produits ou par pièces, en proposant des idées d’aménagement des différentes pièces de la maison qui inspireront davantage le client. Le catalogue est alors utilisé comme un référentiel et le client peut y revenir autant de fois qu’il souhaite. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir arriver en boutique des clients avec le catalogue produit sous le bras pour acheter la pièce qu’ils y ont repéré.

 

Par ailleurs, le catalogue peut également être utilisé par les équipes commerciales, notamment dans l’univers du BtoB, pour présenter leurs produits lors d’un rendez-vous client. Si la stratégie tarifaire est susceptible d’évoluer ou de changer selon le client concerné, alors il suffira de proposer un catalogue sans prix accompagné d’une brochure des prix à part.

 

Enfin, le print n’est pas l’ennemi du digital : le catalogue peut tout à fait être digitalisé et/ou mis en valeur différemment sur les canaux digitaux. Catalogue interactif, impression à la maison, intégration de QR-codes ou de la réalité augmentée, personnalisation…

 

Les possibilités sont multiples. Un site e-commerce a par exemple créé grâce à la data un catalogue entièrement personnalisé selon les préférences de ces clients les plus fidèles. Impact garanti !

 

Préparer la création du catalogue produits

 

La première étape pour créer votre catalogue est donc de réfléchir en amont à qui vous l’adressez et à la façon dont les destinataires mais aussi vos équipes vont l’utiliser. La préparation ne sera pas la même selon l’usage auquel vous souhaitez répondre. Il n’est par exemple pas rare de voir des catalogues sans prix en BtoB, alors que cela est difficilement envisageable en BtoC.

 

Une fois votre stratégie établie, la phase suivante consiste à choisir le thème – le cas échéant – et les produits à intégrer dans le catalogue. Une fois le chemin de fer terminé, place à la créa ! En parallèle, il faut centraliser les informations nécessaires (descriptifs, tarifs, dimensions, informations techniques…) et rédiger les textes.

 

C’est là qu’un outil PIM (Product Information Management) vous sera d’une grande aide puisque vous disposerez déjà de toutes ces informations rassemblées dans une base unique.

 

Cela facilitera également la collaboration entre les différentes équipes puisque le PIM est accessible directement en ligne et effectue une mise à jour des données en temps réel. Vos photos haute définition pourront être intégrées par la créa pendant que l’équipe produit travaille sur les textes et que l’équipe contenu les corrige.

 

Enfin, vous pourrez catégoriser et classifier vos produits par typologie, univers, saisons et autres critères prédéfinis selon les besoins. Cela vous permet de créer directement les différentes entrées du catalogue dans le PIM.

 

Votre catalogue est prêt ? Il ne reste plus qu’à lier le PIM à votre modèle de catalogue. Les textes se placent, les images se redimensionnent automatiquement, et la magie opère ! Quelque chose à modifier ? Il suffit de changer une information dans le PIM pour qu’elle soit corrigée sur les prochaines impressions de votre catalogue. Votre catalogue produits est donc toujours à jour.

Vous n’avez pas de créa ou de template de catalogue prédéfini ? Quable PIM peut vous proposer d’élaborer des modèles sur mesure générés directement depuis le PIM.

 

 

La création du catalogue produits doit aujourd’hui être pensée de manière à s’intégrer pleinement dans un parcours omnicanal. Ce moment délicat dans la vie des équipes marketing et produit doit être anticipé et facilité afin de réduire le time-to-market et améliorer la fiabilité et harmonie des données.

Le PIM est le seul outil à permettre de générer un catalogue en quelques clics en améliorant à la fois la qualité de vos données et l’efficacité opérationnelle de vos équipes. Alors, la création du catalogue produits devient (presque) un jeu d’enfant.

ERP et PIM : de la vision macro à la vision Produit

ERP et PIM : de la vision macro à la vision Produit

ERP (Enterprise Ressource Planning) et PIM (Product Information Management) sont deux outils de gestion par lesquels transitent des données liées aux produits d’une entreprise. Ils partagent certains objectifs :  transmettre une information infaillible et améliorer les processus mais n’interviennent pas au même moment de la vie du Produit.

Aujourd’hui ERP et PIM sont indissociables pour mener une stratégie intégrée de diffusion omnicanale de l’information. Voici pourquoi.

 

Deux outils de data management

 

L’ERP a pour vocation de structurer et de suivre l’ensemble de l’information au sein d’une entreprise, à travers tous ses services. Il se positionne comme une matrice qui uniformise et analyse les données pour assurer une lecture globale unifiée de l’activité d’une entreprise.

 

L’information gérée dans l’ERP permet de partager les mêmes références à travers tous les autres systèmes d’information et aussi à travers tous les processus opérationnels.

 

Les périmètres de gestion varient principalement selon les tailles des entreprises mais les différents modules d’un ERP couvrent généralement les domaines suivants :

  • La gestion des achats
  • La gestion comptable
  • La gestion des ventes
  • La gestion des stocks

 

Le PIM est quant à lui une plateforme qui se focalise sur les données liées aux Produits. Il a pour vocation de simplifier les processus de travail au sein des équipes marketing. Le PIM rassemble toutes les données descriptives liées aux produits (textes, visuels, éléments SEO…).

 

En s’intégrant avec des systèmes d’information externes à l’entreprise, le PIM est l’outil à partir duquel l’entreprise diffuse ses fiches Produit sur chaque canal investi (Print comme Digital).

 

pim vs erp

 

Le tandem PIM/ERP au service du produit

 

L’ERP s’inscrit dans une vision plus globale de l’entreprise, c’est par lui que commence le cycle de vie de la donnée produit avec la création de la référence produit. Cette référence sera ainsi la même à travers tous les départements de l’entreprise, de la R&D à la comptabilité.

 

1. Le PIM se connecte ensuite à l’ERP pour y récupérer la référence produit fraîchement créée.

 

2. Les utilisateurs du PIM sont alors avertis par notification. L’enrichissement peut débuter !

 

3. Le workflow du PIM met alors en scène les équipes Marketing, Produit, SEO, E-Commerce, Photographes et traducteurs pour enrichir en un temps record :

  • Les descriptifs marketing pour convaincre les futurs clients,
  • Les détails techniques (matières, aliments…),
  • Un story-telling autour de la fabrication des produits,
  • Les photographies et vidéos,
  • Les attributs personnalisés spécifiques à chaque activité (allergènes, labels, normes…).

 

4. Les fiches produit hyper enrichies sont diffusées à toute vitesse sur les canaux Print d’une part (catalogue, brochures, lookbooks, etc.) et Web d’autre part (extranet, maketplaces, plateformes e-commerce, etc.).

 

L’ERP n’est pas à même de gérer les données plus spécifiques liées au produit puisque celles-ci n’ont pas vocation à servir de point de référence pour d’autres processus internes à l’entreprise.

 

Le PIM supplée donc à l’ERP pour centraliser l’ensemble des données qui décrivent les produits et les diffuser sur les canaux de vente. Cela permet une gestion plus souple et personnalisée de ces données qu’il est plus facile de façonner pour répondre aux besoins de l’activité des équipes marketing.

 

Vers plus d’efficacité

 

Mettre en œuvre la complémentarité de l’ERP et du PIM pour gérer la donnée produit permet aux équipes marketing de gagner en temps et en productivité. En effet en automatisant les transmissions de données entre ERP et PIM, on évite erreurs et potentielles redondances.

 

Puis ce sont les outils de mapping des processus et de suivi d’activité du PIM qui prennent le relais :

  • Le workflow du PIM permet de contrôler la qualité des données et favorise une collaboration efficace,
  • Le Dashboard offre un suivi global des activités et de la complétude de chaque fiche produit

 

Avec à la clé :

  • un boost de l’image de marque à travers des informations produit toujours qualitatives
  • une réduction du time-to-market sur tous les canaux de vente

 

L’ERP est positionné à la source d’une réflexion transverse sur le business et permet d’optimiser la productivité de ses diverses branches.

 

Le PIM s’inscrit dans la même dynamique sur un segment précis : la donnée produit dont il est le centre névralgique.

 

Après la Love Story CRM , le Marketing adore le PIM !

Après la Love Story CRM , le Marketing adore le PIM !

1,2 milliard de transactions sur Internet en 2017 (étude FEVAD et KPMG, bilan e-commerce 2017): c’est indéniable, le commerce digital se porte bien. Depuis 20 ans, les ventes en ligne n’ont cessé de croître – et le nombre de e-commerçants avec.

La concurrence faisant rage, l’expérience client est devenue la clé de voûte de toute stratégie commerciale digne de ce nom. Pour cela, les entreprises capitalisent sur la connaissance extraite des interactions avec leurs clients : ainsi est né le CRM.

 

Si le CRM permet de personnaliser les échanges avec les clients, il n’est de client sans achat. Et avant de devenir client, intervient la phase de prise de connaissance et d’information sur les produits à vendre. Cette toute première rencontre avec le produit est à la base de l’expérience client.

Comment alors améliorer cette expérience client au moment où celui-ci prend connaissance de ce qui démarque un produit? C’est aujourd’hui le PIM qui rend cette étape parfaitement fluide : il est devenu le nouvel outil indispensable pour les équipes Marketing.

 

1. Multiplier les produits et les clients

 

Tout comme l’augmentation du nombre de clients a amené l’invention du CRM pour remplacer les fichiers Excel d’autrefois, l’augmentation du nombre de produits à vendre a de son côté donné vie au PIM.

 

Avec la croissance du volume de produits sont apparues des problématiques d’organisation, de regroupement et de stockage d’informations dans les bases de données Produit. Un nombre croissant de produits à vendre implique en effet une quantité exponentielle de données à traiter.

 

En rassemblant les données Produit en un seul endroit, accessible par toute l’équipe Marketing à n’importe quel moment, le PIM facilite la tâche des équipes ayant plusieurs dizaines, centaines ou milliers de produits à gérer.

 

2. Multiplier les données collectées et enrichies

 

Le CRM est devenu incontournable pour collecter un maximum d’informations sur un client et lui adresser le bon message au bon moment. De la même façon, les données disponibles sur un produit se multiplient :  médias et textes doivent donner envie au client et le rassurer pour déclencher l’achat. Leur richesse, leur organisation et leur disponibilité sont primordiales.

 

Certaines données sont d’ailleurs aujourd’hui indispensables pour espérer conclure une vente :

  • Les données « allergènes » dans le secteur alimentaire, qui touchent à un réel enjeu de santé,
  • Les données « matières » dans la mode, pour des questions d’allergies ou d’éthique chères aux acheteurs,
  • Les données « activités enfants » pour le tourisme, sans lesquelles des parents ne réserveront pas leurs prochaines vacances.

 

Une information incomplète ou indisponible reviendrait à céder la vente à votre concurrent !

 

En structurant les données Produit et en orchestrant leur enrichissement par les équipes Marketing, le PIM assure la transparence d’une information croisée et exhaustive pour le client.

 

3. Multiplier les canaux et faciliter la diffusion

 

A l’heure de la multiplication des points de contact avec le client, le CRM fait face à un enjeu de taille pour assurer une conversation fluide à partir des données issues des différents canaux qui connectent l’entreprise et le client.

 

De leur côté, les données Produit doivent être disponibles facilement et instantanément sur tous les canaux de distribution, tout en étant adaptées au format de chacun d’eux.

 

Là où un formatage fait à la main était souvent source de blocages et de pertes de temps, le PIM permet désormais d’automatiser la diffusion des données sur chacun des canaux choisis selon des règles préétablies. Le temps libéré peut être mis à profit, pourquoi pas pour se projeter sur de nouveaux marchés…

 

Un même contenu Produit (descriptifs, médias..) pourra ainsi s’adapter aux besoins des différents canaux de vente et de communication :

  • Sur le Web : marketplaces, plateformes e-commerce, site de vente en ligne
  • Pour le Print : brochures, catalogues, pdf
  • Pour l’International, grâce à la traduction intégrée au sein du PIM

 

 

Né – comme son grand frère le CRM – d’un besoin opérationnel issu du terrain, le PIM est lui aussi devenu un outil indispensable pour répondre aux enjeux actuels du e-commerce et du marketing. Sans produit, il n’y a pas de client : l’expérience produit doit être irréprochable et faciliter la vie d’un acheteur qui ne supporte aucune frustration… Mais aussi celle d’un collaborateur dont le temps doit, aujourd’hui plus que jamais, être consacré à des tâches à forte valeur ajoutée.